La Pléiade (1549-1570 environ)

L’École d’Athènes, Raphaël (1508)

La Pléiade est un groupe de sept poètes à la cour du roi François Ier.  Les plus connus sont Joachim du Bellay et Pierre de Ronsard. Le nom « Pléiade », emprunté à une constellation ⭐, fait référence à un groupe de sept poètes à Alexandrie au IIIe siècle.

En 1549, du Bellay publie son manifeste La Défense et illustration de la langue française. Il y explique le projet de créer une grande littérature française, capable de concurrencer son homologue italienne.

Pour cela, fini le recours au latin, les mélanges de dialectes régionaux ! Les membres de la Pléiade entendent avant tout à codifier et standardiser la langue française.

Ce français du XVIe siècle pose les fondements du français moderne, que nous parlons aujourd’hui.

Comme l’impose l’esprit général de la Renaissance, les poètes de la Pléiade trouvent leur inspiration dans l’Antiquité gréco-romaine. Ainsi, ils remplacent la poésie médiévale, peu codifiée, par l’alexandrin comme vers de référence et le sonnet comme idéal poétique.

Le sonnet impose de nombreuses contraintes, qui font de la poésie de la Pléiade une poésie très raffinée et élégante. La forme du sonnet et ses règles sont mises en place par Ronsard, qui s’inspire du sonnet de Pétrarque, poète italien 🇮🇹 du XIVe siècle. Avec Dante, Pétrarque est le premier pilier de la littérature italienne.

On retrouve quatre thèmes récurrents dans les œuvres respectives de chacun des sept poètes : la mort ☠️, la femme aimée ❤️‍🔥, la fuite du temps ⏳ et la nature 🌳. Ces thèmes sont souvent mêlés entre eux. Ils offrent ainsi une poésie lyrique et élégiaque.

Les sept membres : Joachim du Bellay, Pierre de Ronsard (les deux principaux), Jean Dorat, Jacques Pelletier du Mans, Jean-Antoine de Baïf, Rémy Belleau et Pontus de Tyard.

Œuvres caractéristiques : Les Regrets (Du Bellay), Sonnets (Ronsard).

Genres concernés : poésie et les essais expliquant le sens de cette nouvelle littérature.

Recevez du nouveau contenu directement as votre boîte de réception.