À la recherche des expressions idiomatiques perdues (à partir du B1)

« Langage cuit », Robert Desnos (1900-1945) 

A la recherche de l’expression idiomatique perdue… 

         

            Nous allons nous intéresser au « Langage cuit » de Robert Desnos. Quand on a des aliments crus, on peut en faire plein de choses. Mais quand ils sont déjà cuits, que peut-on faire ? Plus grand-chose… Si les mots seuls sont les aliments séparés crus, alors les expressions idiomatiques représentent un plat complet cuit !

Le principe est le suivant : Robert Desnos a écrit un bref poème contenant de nombreuses expressions idiomatiques, mais en en changeant quelques mots, souvent par leur contraire… Exemple : « parler à cœur ouvert » devient « parler à cœur fermé. »

« Ce vieillard encore violet ou orangé ou rose
porte un pantalon en trompe d’éléphant.

Mon amour jette-moi ce regard chaud
où se lisent de blancs desseins !

Portrait au rallongé de nos âmes
Parlerons-nous à cœur fermé
et ce cœur sur le pied ?
Où jouerons-nous toute la nuit à la main froide ?
 »

      

            A vous de jouer ! Les huit expressions suivantes, liées au thème du voyage, ont été modifiées dans ce poème. Réécrivez-le correctement.  

Partir sur les chapeaux de roue – l’Eldorado – partir le sac sur le dos – prendre le large – se sentir pousser des ailes – des châteaux en Espagne – aller à Pétaouchnok – être dans la lune.

Mon amoureux et moi n’avons pas encore lâché l’étroit

Nous fantasmons sur des maisons au Portugal

Mon amour, tu me fais tirer des bras…

Nos desseins partent sur les chaussures de carré !

Nous partirons la valise sur le ventre 

Nous irons à Paris, à New-York

Notre la terre argentée 

Quand nous nous regardons, nous sommes hors du soleil. 

Une fois que vous pensez avoir réécrit ce poème correctement, réfléchissez sur le sens potentiel des expressions.

Pour finir, écrivez un poème dans votre propre langue dans lequel vous détournez des expressions idiomatiques sur le thème du voyage.

Robert Desnos

Robert Desnos est un poète français de la première moitié du XXe siècle. Il fait partie du mouvement littéraire du surréalisme, dont les membres laissent libre cours à leur imagination, pour arriver à des textes pour le moins farfelus.