Les Lumières

1715-1789, Révolution française

Salon de Madame Geoffrin, Anicet Lemonnier (1812)

Le XVIIIe siècle (1715-1789) est surnommé le « siècle des Lumières 💡». Après la mort de Louis XIV en 1715 et la fin de son règne absolutiste, une instabilité politique empêche dans un premier temps les rois de régner d’une main de fer sur la France 🦾. Ainsi, la communauté intellectuelle développe des idées contre l’obscurantisme de la religion chrétienne.

Des thèses aux fonds athées circulent de plus en plus. On s’intéresse également au savoir scientifique 🧑🏻‍🔬, souvent repoussé par les prétendues vérités religieuses. On arrive finalement à une opposition frontale entre l’ignorance dans laquelle la religion tend à enfermer les gens et les réflexions intellectuelles qui favorisent la raison, la liberté d’expression, la tolérance, la liberté de culte ☮️ (Louis XIV a converti ou exterminé une grande partie de la communauté protestante).

La recherche du savoir et de la réflexion sur sa propre personne s’insère de différentes façons dans la littérature des Lumières.

On pense en premier à Candide, naïf garçon qui voyage et découvre les vices de la société occidentale, se détachant de sa « candeur » initiale.

Lettres persanes est un roman épistolaire qui permet à Montesquieu de critiquer le pouvoir et la superficialité en France. Ce dernier dénonce aussi l’esclavage.

L’œuvre de Marivaux est empreinte de la question de l’être et du paraître, mettant en lumière le culte excessif des apparences. Il dénonce également les privilèges d la noblesse.

Beaumarchais, par le personnage de Figaro, plaide pour la liberté d’expression et l’abolition des privilèges. Rousseau, passionné de botanique, partage ses connaissances dans ses œuvres.

Le sommet de la recherche et l’accès au savoir est l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, ouvrage compilant TOUS les savoirs de l’époque (scientifiques, mathématiques, artistiques, zoologiques, linguistiques…)

Auteurs caractéristiques : Voltaire, Denis Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Montesquieu, Pierre-Augustin de Beaumarchais, Pierre Marivaux.

Œuvres majeures : Candide, L’Ingénu, Zaïre (Voltaire), L’Encyclopédie, Jacques le fataliste (Diderot), Les Rêveries du promeneur solitaire, Du contrat social, Émile (Rousseau), De l’esprit des lois, Les lettres persanes (Montesquieu), Le Mariage de Figaro (Beaumarchais), L’Île des esclaves, Les Fausses confidences, La Vie de Marianne (Marivaux).

Genres concernés : essai philosophique, conte philosophique, dialogue philosophique, roman, autobiographie (Rousseau), théâtre (Marivaux, Beaumarchais et Voltaire), l’Encyclopédie est un genre à part.

          

Le roman libertin, dans l’ombre ou en parallèle des Lumières…

Portrait du marquis de Sade par Charles van Loo (vers 1760)

Le roman libertin est un mouvement littéraire resté dans l’ombre qui émerge au siècle des Lumières. Dans la même veine que les Lumières, il vient s’opposer aux morales religieuses vieilles de presque deux millénaires qui contrôlent la société.

Ainsi, des romans sulfureux et fascinants qui comportent souvent de grandes réflexions philosophiques (égalité des sexes, laïcité, démocratie, abolition de la peine de mort) circulent au sein des communautés libertines, aux mœurs très libres sur le plan sexuel… clandestinement. En effet, ils ne passeraient jamais la censure ! 🤫

Auteurs caractéristiques : Choderlos de Laclos, le marquis de Sade (il écrit jusqu’à sa mort, en 1814).

Œuvres majeures : Les Liaisons dangereuses (Laclos), Justine, Juliette, La Philosophie dans le boudoir (Sade).

Genres concernés : roman, dialogue philosophique, théâtre, essai.