Aborder un texte de roman : mise en pratique

Le Rouge et le Noir, Stendhal, partie I, chapitre 15 (début)

Un jeu de séduction dure entre Julien Sorel, jeune homme issu du peuple, et Madame de Rênal, bourgeoise mariée. Une nuit, Julien Sorel se décide enfin à aller voir la femme dont il est amoureux…

Je lui ai dit que j’irais chez elle à deux heures, se dit-il en se levant ; je puis être inexpérimenté et grossier comme il appartient au fils d’un paysan. Madame Derville me l’a fait assez entendre, mais du moins je ne serai pas faible.

Julien avait raison de s’applaudir de son courage, jamais il ne s’était imposé une contrainte plus pénible. En ouvrant sa porte il était tellement tremblant que ses genoux se dérobaient sous lui, et il fut forcé de s’appuyer contre le mur.

Il était sans souliers. Il alla écouter à la porte de M. de Rênal, dont il put distinguer le ronflement. Il en fut désolé. Il n’y avait donc plus de prétexte pour ne pas aller chez elle. Mais grand Dieu, qu’y ferait-il ? Il n’avait aucun projet, et quand il en aurait eu, il se sentait tellement troublé qu’il eût été hors d’état de les suivre.

Enfin, souffrant plus mille fois que s’il eût marché à la mort, il entra dans le corridor qui menait à la chambre de madame de Rênal. Il ouvrit la porte d’une main tremblante et en faisant un bruit effroyable.

Il y avait de la lumière, une veilleuse brûlait sous la cheminée ; il ne s’attendait pas à ce nouveau malheur. En le voyant entrer madame de Rênal se jeta vivement hors de son lit. — Malheureux ! s’écria-t-elle. Il y eut un peu de désordre. Julien oublia ses vains projets et revint à son rôle naturel ; ne pas plaire à une femme si charmante lui parut le plus grand des malheurs. Il ne répondit à ses reproches qu’en se jetant à ses pieds, en embrassant ses genoux. Comme elle lui parlait avec une extrême dureté, il fondit en larmes.

1 – Bref résumé : la première chose à faire des de dégager le schéma narratif du texte. Quand le texte que tu as porte sur une action, le schéma narratif suit celui que tu connais depuis bien longtemps. S’il s’agit d’une description, tu dois en identifier les différentes étapes.

> Situation initiale : Julien Sorel souhaite rejoindre madame de Rênal.

> Élément perturbateur : Il se décide à y aller.

> Péripéties : Il a peur car monsieur de Rênal n’est pas loin, la peur augmente, il hésite. Il finit par se lancer et traverser le couloir.

> Dénouement : Il arrive enfin à la chambre de madame de Rênal.

> Situation finale : Madame de Rênal le reçoit avec froideur et il se lamente.

2 – Thèmes : il est important de lister les thèmes et de voir comment ils sont liés entre eux. Pour trouver les thèmes, cherche les champs lexicaux.

  • Hésitation, peur : « tremblant », « tellement troublé », « marché à la mort », « main tremblante », « bruit effroyable »
  • Courage : « s’applaudir de son courage », « contrainte plus pénible »
  • Séduction : « j’irais chez elle », « plaire », « femme si charmante »

3 – Les registres : identifier les registres permet de ne pas faire de contre-sens. Par exemple, il faut savoir déceler l’ironie afin de ne pas analyser un texte au premier degré.

  • Réaliste : on a des détails précis et triviaux, comme M. de Rênal qui ronfle.
  • Epique : la traversée du couloir devient une véritable aventure du point de vue de Julien Sorel.
  • Ironique : le narrateur se moque de Julien Sorel, qui s’envisage comme un héros alors qu’il ne fait rien d’héroïque.

4 – Le narrateur / la narratrice.

> Statut : extérieur à l’histoire.

> Focalisation : interne.

5 – Les personnages et leurs caractéristiques (ne pas oublier le narrateur s’il fait partie du récit). Il faut aussi repérer et comprendre les liens entre eux.

  • Julien Sorel : hésitant jusqu’à terrorisé, mais qui parvient à se lancer. Il en devient comique pour le lecteur / la lectrice.
  • Madame de Rênal : froide et distante a priori, mais qui accepte de recevoir Julien.
  • Julien Sorel et madame de Rênal : un jeu de séduction dure, et le suspens de ce passage réside en ce que le lecteur / la lectrice va enfin savoir si leur attirance réciproque va se concrétiser. Julien est un homme du peuple, madame de Rênal est une bourgeoise
  • Monsieur de Rênal, le mari de madame de Rênal, dort, et bruyamment.

6 – Temps, rythme et avancée : est-ce une action qui évolue ? Une réflexion ? Une description ?

> Action banale en soi, mais qui devient dynamique voire héroïque par les yeux de Julien Sorel. La scène décrite est très brève, mais le temps semble s’allonger.

7 – Décor et atmosphère : où l’action se situe-t-elle ? Quelles sont les caractéristiques de cet (ces) endroit(s) ?

> On est chez le couple de Rênal, la nuit. La nuit apporte quelque chose de mystérieux, de sombre (au sens propre comme figuré).

> Atmosphère angoissante, car on la découvre par les yeux de Julien. Sa peur bleue se répercute chez le lecteur / la lectrice.

8 – Principales figures de style et images marquantes.

« Il n’y avait donc plus de prétexte pour ne pas aller chez elle » : deux litotes au sein d’une phrase courte.

« souffrant plus mille fois que s’il eût marché à la mort » : hyperbole.

« il ne s’attendait pas à ce nouveau malheur. (…) madame de Rênal se jeta vivement hors de son lit. — Malheureux ! s’écria-t-elle. (…) ne pas plaire à une femme si charmante lui parut le plus grand des malheurs. » : polyptote (malheur, malheureux, malheurs)